Qui sommes-nous ?

Qu’est-ce que le GIET ?

Le Groupe International d’Études Transdisciplinaires est une association culturelle créée en 1996, qui a pour vocation de réfléchir sur la nature de la science et à développer la transdisciplinarité.

Le groupe est actuellement présent en Belgique, Allemagne, Etats-Unis et en France. Il est constitué très majoritairement de chercheurs.

Le groupe n’a aucun engagement politique.

 

Le GIET (Groupement International d’Études Transdisciplinaires) n’a pas de doctrine et ne cherche pas à en avoir. Les écrits et propos de ses membres n’engagent qu’eux-mêmes, individuellement, et encore.

Le but, en effet, n’est pas de proposer des vérités ni des principes de conduite ou de morale, mais bien plutôt de susciter un changement culturel global, une métamorphose, selon l’excellente expression d’Edgar Morin.

L’essentiel du travail du GIET consiste à rechercher dans le non-dit (cf. « transdisciplinarité ») matière à des développements qui n’ont pas vocation à rester dans l’histoire, si tant est qu’il y ait une histoire future possible.

Pour nous, dans la mesure où les termes d’une problématique ou de toute autre réflexion sont issus du paradigme actuel (culture) et que ce paradigme est caduc, ce qui peut être actuellement produit ne peut être en adéquation avec le paradigme futur (et encore inconnu).

En phase de transition, l’idée est plutôt d’aider à la déconstruction la plus profonde possible de la culture occidentale (assimilée au paradigme le plus global, pour la culture dominante) afin d’aider à l’émergence d’une « façon d’être au monde » radicalement nouvelle.

Quelques textes ont été produits, fort peu actuellement, malgré un énorme travail. Le compte-rendu de l’intervention du GIET au Colloque de Vendémiaire, organisé en 2002 avec la CVN et OGM Dangers, donne une petite base de départ, qui sera bientôt réécrite dans une version plus développée.La science (et non pas les sciences) formant la trame de la culture occidentale (sachant qu’évidemment, elle n’est pas exclusive de cette culture), constitue l’objet principal de notre réflexion.

Le fait, aussi, que nous soyons en grande majorité biologistes et/ou médecins tend à nous focaliser sur les sciences de la vie, mais ça peut changer.Le GIET, par ailleurs, mais en lien avec ses réflexions fondamentales, milite activement contre la dissémination des OGM en plein champ. Une partie de ce site doit être dédiée à ce thème. Cependant, nous nous distinguons de la plupart de nos partenaires, qui s’opposent aussi aux PGM en plein champ, mais pas aux essais en milieu dit confiné et qui clament que la recherche n’est pas concernée par leurs critiques. Autant mettre des œufs fécondés sous une poule tout en proclamant qu’on ne veut pas de poussins.

Pour nous, tout au contraire, les OGM ne sont qu’un exemple, certes, typique, de cette course frénétique et aveugle des technosciences. Ce sont bien ces dernières qui sont à remettre en cause (et même la culture occidentale dans sa globalité) même si, bien sur, notre attitude n’est pas la même vis à vis des technosciences et vis à vis de leurs applications en milieu ouvert. Dans le cas des PGM et des nanoparticules émises dans le milieu naturel, il convient d’arrêter la dissémination, pour préserver l’avenir. Pour la recherche, par contre, le problème n’est pas d’êre pour ou contre, ni de vouloir l’orienter de l’extérieur par un contrôle citoyen, mais bien de débattre, de la façon la plus générale possible, de la nature même de la science.

Un certain nombre de petits textes, produits en général sous la contrainte (commande d’article ou de CR de conférence), aideront à mieux cerner nos activités. Nous espérons pouvoir bientôt enrichir ce site de façon plus consistante (mais il y a si peu d’heures dans une journée, et il y a tant à faire !).

Un gros travail concernant le concept prion et ses implications sur la conception du monde vivant est déjà très largement entamé. Il devrait être produit d’ici la fin 2007 si les vents ne sont pas contraires. Un autre travail est projeté aussi, dans une optique similaire, sur l’épigénétique. Un travail sur les abeilles et les biotechnologies est également en préparation.

Enfin, nous intervenons publiquement très fréquemment (conférences, débats, colloques) essentiellement sur les thèmes des OGM, de la modernité, de la biodiversité, de la vérité scientifique, etc. N’hésitez-pas à nous contacter, tout en sachant que nous n’avons pas le temps de répondre à tout le monde, car nous sommes plus que débordés.Vous pouvez également nous soutenir par un don financier (déductible des impôts) par un chèque libellé au nom du GIET, avec vos coordonnées pour que nous puissions vous envoyer un reçu.